Connaissance et gestion des lacs d’altitude

 

Milieux emblématiques des montagnes, à haute valeur sociale, culturelle et écologique, les lacs d’altitude sont des écosystèmes fragiles. Leur localisation en tête de bassin versant et les conditions climatiques extrêmes auxquelles ils sont soumis, engendrent un fonctionnement spécifique encore mal connu. Le GIS a pour ambition de coordonner les efforts de recherche et d’observation sur les lacs d’altitude à l’échelle alpine. L’enjeu est d’améliorer la compréhension du fonctionnement et des menaces qui pèsent sur ces lacs, afin de mieux les préserver. Plus spécifiquement, le réseau “Lacs Sentinelles” a pour vocation : (1) d’améliorer les connaissances sur le fonctionnement des lacs d’altitude, (2) d’identifier les menaces qui pèsent sur ces lacs, notamment celles liées aux changements globaux, (3) de définir, à terme, les actions de gestion à engager sur ces milieux, afin de mieux les préserver.

 

 

Le cœur du réseau des Lacs Sentinelles se compose de 22 lacs d’altitude, structurés en observatoire. Ces lacs sont suivis régulièrement et sur le long terme. Le réseau intervient également à 2 autres échelles d’actions : (1) Une veille générale : elle porte sur les études engagées sur d’autres lacs d’altitude, à l’échelle de l’arc alpin ou d’autres massifs. (2) Les lacs « pilotes » : ils font l’objet de programmes de recherche pluridisciplinaires qui permettent d’appréhender leur fonctionnement et leurs réactions aux changements globaux.

 

 

Un protocole de suivi commun a été mis en place sur l’ensemble des lacs de l’Observatoire à partir de 2014 mesurant la transparence (avec disque de Secchi), la profondeur, la température, le pH, la conductivité et l’oxygène dissous (sonde multi-paramètres), la température au fond et à la surface du lac. Des mesures optionnelles sont réalisées sur certains lacs pilotes : chimie de l’eau, phyto et zoo plancton, chlorophylle a, suivi des populations de poissons. D’autres indicateurs sont actuellement testés comme les diatomées benthiques ou les communautés végétales. Toutes ces mesures renseignent sur l’état écologique et le fonctionnement des lacs et c’est l’étude de tous ces paramètres corrélés qui permettent un suivi approprié. La campagne de terrain se déroule une fois par an pour chaque lac, en septembre lors de la fin de la période de stratification et avant une diminution de la production primaire.

Pour plus d’informations consulter le site internet du réseau Lacs Sentinelles.